Quels sont les enjeux actuels de santé publique dans la prise en charge de l’infertilité ?

Khaoula Ben Messaoud a réalisé sa thèse de sciences en spécialité Santé Publique au sein de l’équipe StimHo. Elle a soutenu sa thèse le 3 décembre 2020. Elle dresse ici les enjeux de santé publique qui émergent à l’issu de son travail doctoral sur l’épidémiologie des traitements de l’infertilité en France explorés à partir des données de l’assurance maladie. Ce texte est issu de son manuscrit de thèse (p. 198-199, Chapitre 6 – Synthèse et Conclusion, IV. Implications de Santé Publique, in: « Etude du recours, de l’accès et de l’abandon des traitements de l’infertilité à partir des données du Système National des Données de Santé », Doctorat de Santé Publique de l’Université Paris-Saclay, sous la direction d’Elise de La Rochebrochard.).

Les problèmes d’infertilité sont une préoccupation de santé publique importante. Ces dernières décennies, nous avons assisté à une hausse globale du fardeau de l’infertilité dans le monde (Sun et al., 2019). Les expositions environnementales et le retard de la parentalité vers des âges plus avancés sont principalement mis en cause dans les pays développés (Beaujouan et al., 2019; Sharma et al., 2013). Au-delà des répercussions sociales, économiques et psychologiques que peuvent avoir les problèmes d’infertilité sur les couples, le traitement même de l’infertilité soulève de vrais enjeux de santé publique. Le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) a insisté sur le besoin d’avoir une vision complète de l’utilisation des traitements de l’infertilité (Macaluso et al. 2010). Cependant, l’exploration des traitements de l’infertilité a été très limitée jusqu’à présent du fait de l’absence de données en population pour les traitements d’induction de l’ovulation. Les données du SNDS nous ont permis d’étudier pour la première fois des aspects du traitement de l’infertilité qui étaient méconnus.

Nos résultats montrent que la question de la prise en charge des femmes de 34 ans et plus est une problématique de plus en plus importante en France, mais on peut l’imaginer également dans les autres pays développés. Ces femmes représentent une part de plus en plus importante des patientes traitées pour l’infertilité, alors même qu’elles ont les chances de succès plus faibles (Ben Messaoud et al., 2020). Nous montrons par ailleurs qu’elles ont des taux d’abandons précoces et de non-accès aux traitements plus élevés que les autres femmes. Le devenir de ces femmes à la sortie du parcours et leur état de santé mental sont des questions importantes qu’il est nécessaire d’investiguer. Étonnamment, nous observons également un non-accès à la FIV plus important chez les femmes jeunes, cette population a fait l’objet de très peu d’études jusqu’à présent et il serait important d’explorer les parcours de soin de ces femmes.

Nos résultats soulèvent la question de la prise en charge et la gestion actuelle des traitements de l’infertilité pour les populations les plus précaires. En dépit d’une couverture des coûts des traitements à 100% par l’assurance maladie, des inégalités d’accès aux traitements d’assistance médicale à la procréation (AMP) persistent. Il est capital de continuer à couvrir les coûts des traitements de l’infertilité afin d’ouvrir la possibilité de traitement à toutes et à tous. Cependant pour un accès équitable aux traitements, il semblerait important de réfléchir aux moyens qui pourraient permettre de réduire les inégalités sociales dans la prise en charge de l’infertilité. Une meilleure prise en compte de la satisfaction et du bien-être de la patiente pourrait être une piste à explorer (Dancet et al. 2011).

Pour finir, il me semble important de mieux informer et vulgariser les recherches sur des sujets et données aussi complexes que l’infertilité et les données de santé. Au-delà de susciter la curiosité, la vulgarisation scientifique apparait comme un élément qui pourrait promouvoir les recherches pluridisciplinaires et favoriser les collaborations, mais aussi qui permet d’ancrer des questions très pointues dans leur dimension sociétale. Les supports vidéos tels que ceux de la compétition “ma thèse en 180 secondes” ou les “Parisciences” que j’ai pu expérimenter pour vulgariser ce travail, m’ont semblé des outils intéressants et porteurs dans cette optique.

Remerciements : recherche financée par l’Agence Nationale de Recherche, ANR-17-CE36-0011-01.

Image à la Une : photo par Ali Kazal, sous licence Unsplash.

Pour citer ce billet : Ben Messaoud Khaoula, 2020, “Quels sont les enjeux actuels de santé publique dans la prise en charge de l’infertilité ?”, Carnet de Recherche StimHo, ISSN 2728-4441. En libre accès : https://stimho.hypotheses.org/828.

Références

  1. Beaujouan É, Reimondos A, Gray E, Evans A, Sobotka T. Declining realisation of reproductive intentions with age. Hum Reprod 2019;34:1906–14. DOI:10.1093/humrep/dez150.
  2. Ben Messaoud K, Bouyer J, La Rochebrochard E. Infertility treatment in France, 2008-2017: a challenge of growing treatment needs at older ages. Am J Public Health 2020;110:1418-1420. DOI:10.2105/AJPH.2020.305781.
  3. Dancet EAF, Van Empel IWH, Rober P, Nelen WLDM, Kremer JAM, D’Hooghe TM. Patient-centred infertility care: a qualitative study to listen to the patient’s voice. Hum Reprod 2011;26:827-833. DOI:10.1093/humrep/der022.
  4. Macaluso M, Wright-Schnapp TJ, Chandra A, Johnson R, Satterwhite CL, Pulver A, et al. A public health focus on infertility prevention, detection, and management. Fertil Steril 2010;93:16.e1-10. DOI:10.1016/j.fertnstert.2008.09.046.
  5. Sharma R, Biedenharn KR, Fedor JM, Agarwal A. Lifestyle factors and reproductive health: taking control of your fertility. Reprod Biol Endocrinol 2013;11:1–15. DOI:10.1186/1477-7827-11-66.
  6. Sun H, Gong T-T, Jiang Y-T, Zhang S, Zhao Y-H, Wu Q-J. Global, regional, and national prevalence and disability-adjusted life-years for infertility in 195 countries and territories, 1990-2017: results from a global burden of disease study, 2017. Aging 2019;11:10952–91. DOI:10.18632/aging.102497.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search